Projet Cartylion
Partageons notre passion Communauté
Catégorie :
Date : 14 février 2019

L’Amour est dans le jeu

Ah la Saint-Valentin, la fête des amoureux ! Je suis un grand sentimental et cette fête devrait plutôt m’enjouer, pourtant cette fête n’est clairement pas pour moi : il y a une sorte de malédiction de la Saint-Valentin et mes soirées se sont rarement passées comme prévu.


Cette année je vous propose un article de Saint-Valentin un peu particulier. 14 Février oblige, je vais vous parler d’amour, du Grand Amour même ! Cet amour fou et passionné qu’on retranscrit dans les livres, les chansons, les séries et au cinéma. Mais cette année, pas d’historique, pas de pragmatique, pas non plus d’article humoristique et décalé, cette année je vous parle de vécu, de souvenirs, d’émotions.
Je vous écris ici un article différent de d’habitude : une histoire très personnelle, mêlant chansons, jeux et amour. Et oui, ça reste le blog du Projet CarTylion, je vous raconte ma vie certes, mais par le prisme du jeu, faut rester corporate !


On dit « Heureux au jeu, malheureux en amour », je ne pense pas que cela soit vrai, pour moi le jeu et l’amour sont étroitement liés et c’est pour ça que j’ai choisi cet axe afin de vous parler d’une femme qui a bouleversé à jamais ma vie. J’ai eu la chance de vivre un amour passionné et, bien que la fin ne semble pas être celle que j’aurais imaginé, il ne fait aucun doute que l’aimer m’a fait découvrir la plus belle partie de jeu de ma vie. Je vous laisse découvrir cette belle histoire et vous souhaite à tous une bonne Saint-Valentin ! ❤️ 🙂


À nos solitudes, à nos rires, à nos peines, à nos joies, à nos adieux,
à notre amour et à cette force de nous aimer pour toujours


3 figurines de Pokémons (Mewtwo, Bulbizarre et Tortank) devant une boîte de jeu Monopoly Pokémon
Un monopoly dans le thème Pokémon,
la base en termes de jeu d’enfant !

Quand on est enfant, on vit intensément, passionnément, loin des réalités du monde, du poids des responsabilités, on joue, le monde est un gigantesque terrain de jeu. Grâce à l’amour de nos parents, de notre famille, de nos proches, on vit dans une bulle, un prisme merveilleux qui nous permet de découvrir le monde avec amusement.


La partie commence avec mes frères et quelques amis d’enfance dont Marina, notre très charmante voisine, et Pauline, la plus belle rencontre du bac à sable. Nous avions des relations très fusionnelles, tout le temps à faire les quatre cents coups ensemble, que ce soit dans la réalité ou dans d’incroyables aventures imaginaires ! Et oui à cet âge on se crée déjà ses propres jeux de rôles, qu’on vit grandeur nature, nul besoin de toute cette paperasse, de toutes ces règles, tout se joue à l’instinct et se vit avec une telle intensité !

Pauline m’a fait découvrir l’amour, un amour d’enfant. Un amour pour les jeux aussi, chez ses parents ça a toujours été la caverne d’Ali baba du jeu de société, j’y découvrais toutes sortes de jeux de plateau, mais ce fut également pour moi la découverte des jeux vidéo.
En famille aussi, le jeu est omniprésent, toutes sortes de jeux, à l’oral lors des trajets en voiture, des jeux de cartes, des jeux de société, des jeux de rôles, …


De l’amour et du jeu, c’est beau l’enfance !

On grandit petit à petit, mais avec mes frères on refuse la fin de partie. Que ce soit nos parties de Monopoly, du jeu de plateau Donjons & Dragons ou de divers autres jeux de société, on crée des cartes, des règles, on fait tout pour que les parties ne finissent jamais. Les contraintes de la vie faisaient qu’on finissait par aller se coucher, partir à l’école, … mais tout restait en place et on n’attendait qu’une chose : reprendre notre partie au retour. On fait exprès de maintenir un peu le rêve en retenant la partie de jeu, pas étonnant qu’on ait accroché plus tard au concept du JDR et des MMORPG.


L’aventure continue à travers des bateaux qu’on construit avec notre Papi pour naviguer sur l’Ay, on vit « La Guerre des Cabanes » remake de « La Guerre des boutons », on se déguise, on joue des rôles, … Même si avec notre groupe d’amis on refuse de grandir, c’est inévitable. Petit à petit le monde te regarde de travers, tu n’es plus un gamin… La bulle s’amenuise, les amis en sortent un à un, tu te sens différent, la vie n’est plus un jeu pour les grands !
Le jeu requiert de plus en plus de supports, de raisons, d’excuses … On accepte cet état de fait et, malgré quelques tentatives de tours supplémentaires, tout ça finit par passer.

Bateaux faits de bois et bouts de tissus
Les premiers bateaux qu’on a fabriqués pour voguer sur l’Ay,
prêt à lever l’ancre ?
Un gâteau avec une ganache au chocolat et des bougies pour l'anniversaire de Florian avec écrit : "Vieillir est obligatoire, grandir non !"
Encore un superbe gâteau d’anniversaire que m’a préparé Marion 🙂
Vieillir est obligatoire, grandir non !

On devient adulte, on fait des études, on se conforme, on découvre la vie, les responsabilités, toutes sortes de pression, … On a plus le temps pour ça, jouer c’est pour les gamins. On picole en soirée avec d’autres étudiants, on fait des jeux d’adulte en espérant faire passer ce spleen qu’on ressent au fond de soi. Je découvre un monde où les gens fuient la réalité dans l’alcool ou la drogue, mais le style poète maudit très peu pour moi ! Au final, c’est plutôt les jeux vidéo en ligne et le jeu de rôles grandeur nature qui deviennent des refuges pour garder un peu de ce rêve en moi, tant pis si on me colle cette étiquette de « geek », après tout c’est quoi un geek sinon quelqu’un qui a encore envie de rêver ?


Bien sûr, les amis sont de plus en plus loin et occupés, tout le monde a sa vie, ses propres responsabilités. Les évasions à Amiens chez ma meilleure amie Moino sont un souvenir presque aussi lointain que les kilomètres qui nous séparent à présent. En même temps, c’est un oiseau migrateur, il fallait bien qu’à un moment elle parte à l’autre bout du monde. Être « adulte » ça peut durer une éternité, toute la vie même. Je vis avec cet état de fait mais au fond de moi j’ai envie de ressortir le jeu, d’y jouer à nouveau, ce monde est là, j’ai juste à ouvrir à nouveau mes yeux d’enfants.
Avec la rencontre de Melinda, je me rejoue quelques notes de ce petit garçon émerveillé pour qui la vie n’était qu’un jeu : un smiley sur ma voiture enneigée, un petit sapin de Noël que je décore dans ma chambre de bonne à Paris, une fête de Saint-Nicolas à manger des clémentines avec des SDF, une soirée à SQY Ouest déguisés pour Halloween… Je repense mélancolique que gamin en Alsace, on n’avait même pas assez de sacs pour porter tous les kilos de friandises que les gens déguisés nous offraient quand nous passions de maison décorée en maison décorée, alors que lors de ma dernière tournée d’Halloween en Normandie les gens n’étaient même pas au courant que c’était Halloween. Et voilà, première ride à cette pensée en mode « Alala, le monde c’était mieux avant » !
On a beau se mentir, on vieillit bien vite…


« You are the one for me, formidable
You are my love very, véritable, my daisy, désirable
Darling I love you, Darling, I want you, et puis le reste on s’en fout !
 »
Peu de chance que je te l’écrive dans la langue de Shakespeare,
je préfère choisir mon vocabulaire dans la langue de Molière.

C’est alors qu’une phase d’ouverture qui sort de l’ordinaire devient la promesse d’un amour passionné…


Au final, la boîte de jeu s’ouvrit un peu au hasard (bien qu’avec un petit coup de pouce de ma meilleure amie) quand elle franchit la porte, je ne le savais pas encore mais la partie qui me faisait tant rêver venait de commencer. Et voilà que c’est mon cœur qui s’élance pour ce carreau de bowling tandis qu’elle fait son apparition sur un air de Stromae. Elle a l’air légèrement timide et mal à l’aise et pourtant je sens déjà son aura rayonner. Un visage d’ange, un regard intrigant cherchant à rêver, une bouche à croquer, … Et une présence d’une telle intensité, réhaussée d’un subtil mélange de force et d’innocence et soulignée des courbes d’une beauté callipyge. Elle est magnifique. Cette femme, tu la remarques comme tu n’en as jamais remarqué aucune autre ! Je vacille encore plus que les quilles, mais c’est peut-être juste parce que je ne suis pas très bon au bowling.

Notre équipe se forme pour la première fois autour d’une partie de billard. On discute, on se découvre, peu à peu on flotte dans une sorte d’état de rêve. On ne souhaite surtout pas en voir la fin, alors cette première soirée terminée, on enchaîne sur une soirée tous les deux chez elle. Sa montre sera l’amorce de nos corps qui se cherchent. Premier baiser, le temps se fige, on est dans notre bulle. On se câline et c’est déjà l’envie qui nous mord dans le cou. Fin de la mascarade, notre jeu ne sera pas une partie de Scrabble…
Au final on a bien peu dormi, présage de la suite.






Si tu n’existais pas je me sentirais perdu.


Je file comme un voleur au matin malgré la difficulté de me détourner de celle qui dormait paisiblement dans mes bras. Ma grand-mère m’attend et ma poupée vient tout juste de s’endormir, je n’ai pas le cœur de la réveiller pour lui dire au revoir. C’est bien la première fois que je m’éclipse en vitesse pendant que ma conquête dort : le gars disparu au matin, on se croirait dans un film…

Dans le bus, elle me manque déjà, je parle d’elle avec Camille pendant tout le trajet. Je culpabilise et tourne encore et encore mon message d’excuse avant de l’envoyer. Elle me plaît mais elle habite à l’autre bout de la France, je ne vais pas me lancer dans une relation galère, et je dois retourner à Paris pour ma rentrée. Je suis un adulte, ce n’est vraiment pas sérieux tout ça. En parlant de sérieux, c’était sa rentrée aujourd’hui ! Culpabilisant de lui avoir fait rater les cours du matin, je l’appelle jusqu’à la réveiller entre midi et deux pour qu’au moins elle ne rate pas l’après-midi. J’obtiens enfin une réponse de sa part, elle veut me revoir ce soir après les cours. Touché-coulé, mon cœur chavire, impossible de rester raisonnable ! C’est ma carte chance, je fais une croix sur la gare et décide de ne rentrer sur Paris que le lendemain, je veux prolonger cette partie avec elle… La soirée est magique, l’adulte redevient peu à peu ce gamin émerveillé à chacun de nos baisers et on a encore une fois bien peu dormi.

Le réveil le lendemain à la lueur d’une bougie sur un croissant d’anniversaire allume pour de bon mon âme d’enfant. On s’amuse, on se regarde les yeux pétillants d’excitation comme si on redécouvrait la vie.

Évidemment nous sommes des grandes personnes, nous devons redescendre sur terre, le péché de tentation n’est pas un mot d’excuse valable et tandis que je repars pour Paris, elle retourne en cours.


J’ai déjà mon âme en peine, je suis un voyou !

I want to love you, feel you
I’m so excited and I just can’t hide it
I know I want you

Let’s get excited !

SMS, appels, on parle toute la journée, tous les jours, on se connaissait à peine et pourtant on ne pouvait déjà plus se passer l’un de l’autre. On se dit à la fois tout et rien, on veut juste prolonger ce rêve, entendre la voix de l’autre, on se raconte chaque action, chaque matin. Petit à petit, plus rien d’autre n’avait d’importance, il fallait se revoir. Quand on est ensemble, on s’emballe, la raison nous quitte, on s’abandonne, aucune protection, juste l’enthousiasme du moment. Mon cœur est en fête ces trop rares soirs où elle est près de moi. On est surexcités, incapables de dormir, prêts pour jouer de pair toute la nuit.

Au final quand elle n’est pas là, je ne parviens plus à dormir non plus, elle m’obsède… Je prends mon calepin, j’écris.


Le « moi » adulte perdait sa flamme d’écrivain, au fur et à mesure de mes études j’écrivais de moins en moins. L’éloignement avec mon frère et Moino y était pour beaucoup, tous les deux ayant autrefois entretenu ce feu. C’est alors que, métamorphosé par ce regard plein d’étoiles et d’admiration qu’elle a pour moi, par cette passion qui nous anime chaque jour un peu plus tous les deux, je retrouve de l’inspiration. Guidé par ma muse j’écris de plus en plus, désormais mes calepins ne me quittent plus jamais. De son côté, elle en a de plus en plus marre de cette accumulation de rapports scolaires où tout ce qui est important se retrouve en annexe. Elle n’a qu’une envie : fuir toute cette réalité en étant blottie dans mes bras.





Elle m’a fait découvrir cette belle chanson du groupe de Rock Aerosmith.
Prêt pour un moment happy en compagnie de The Partridge Family ?

Deux semaines c’est trop long, on ne veut plus attendre notre tour, on veut l’autre maintenant ! Nous voilà prêts à tout laisser tomber pour nous voir sur un coup de tête. Nous faisons le mur encore et encore, et ce n’est pas de tout repos. D’ailleurs, ils n’avaient qu’à pas mettre des cours le samedi pour nous pourrir notre weekend en amoureux. Et oui, toutes les excuses nous semblent bonnes tant qu’on peut passer du temps ensemble. L’Agent 007 se voit confier sa mission « Petit Glaçon » et met tout son cœur à l’ouvrage. Nos cœurs, nos corps et nos sens jouent à colin-maillard, se frôlant tour à tour mais désirant pleinement pouvoir se mêler. Elle y gagne un réveil et une bouillotte pour se réchauffer, j’ai sa voix chaque matin venant comme un rayon de soleil illuminer ma journée.


C’est le temps qui nous donnera petit à petit la certitude de cet amour passionné.
On finit enfin par abandonner la raison et se dire « Je t’aime ». Un grand sourire niais s’affiche sur nos visages, pour une fois Cupidon a bien visé. Quand t’es amoureux tu retombes complètement en enfance, tu t’émerveilles, tu joues, la vie perd tout son sérieux. Ma chambre redevient une cabane le temps d’une soirée à la lueur des bougies, on fait toutes sortes de présentations culinaires pour des repas romantiques, on se marre en faisant des essayages chez Emmaüs, on se déguise, on fait des loisirs créatifs, on se prépare des alcools maisons et plein de petits cadeaux, on s’amuse, on joue, on rigole, …

Le monde est le terrain de jeu des amoureux !



Ça y est, j’ai choisi ma merveille !

C’est elle mon amour, ma muse, l’étoile que je suis dans ce monde de fous, je le sais, je le sens, ma vie, c’est elle…
Elle est créative et passionnante, on discute de toutes sortes de sujets, on s’emballe pour des milliers de projets. Ce regard amoureux, cette excitation communicative quand elle s’enthousiasme pour toutes sortes de choses et son sourire dans nos moments de bonheur, j’étais devenu totalement accro… On ne peut s’empêcher de s’embrasser, se câliner et tant d’autres coquineries. Du chapeau aux bottes, de la Tikka aux peintures corporelles, en amérindienne, Xena la Guerrière, en corset, en jupe, elle est irrésistible ! Tenue après tenue, de costume en costume, je la découvre chaque jour avec émerveillement. Son corps magnifique me donne le vertige tandis qu’on fait toutes sortes de jeux coquins.


Désormais, on forme la meilleure des équipes, épée à la main on rallie les troupes, on crée des personnages, des costumes, des armes en latex et c’est parti pour la conquête du Grand Est !
La distance complique la partie et chaque tour requiert plus d’ingéniosité… Qu’importe ! À cœur vaillant, rien d’impossible, aventuriers du rail et de la route, même les sangliers n’auront pas raison de nos moments d’évasion tous les deux.


Qu’importe l’endroit, le contexte, on a toujours un bon prétexte
Pour toi et moi de faire boum boum boum
S’aimer comme ça, c’est pas vulgaire, c’est ainsi qu’on fait l’amour
Quand toi et moi on fait boum boum boum
Même si c’est pas tout rose tous les jours
Mon cœur se bat pour toi mon amour

Cette distance est de plus en plus pesante. À chaque pièce, timbre ou étiquette, à chaque plante, à chaque pas de danse, c’est à elle que je pense. Elle me rend dingue sous tous les sens du terme. Je ne peux plus vivre sans son sourire, sans ses lèvres, sans cette excitation communicative qu’il y a entre nous. Entouré de pixel art en post-it décorant pour sa crémaillère l’appartement de Benoît, on découvre notre jeu, celui auquel on jouera encore et encore jusqu’au bout de la nuit, allant même jusqu’à devoir compter les points le lendemain matin, de vrais gamins.


Petit à petit, la relation devient sérieuse sans vraiment qu’on s’en rende compte. Plus la relation s’étale, plus elle heurte et force contre les parois du moule et plus les réalités de la vie nous rattrapent. On n’est plus des enfants, la réalité on est obligés de l’affronter : être en couple c’est aussi se confronter aux épreuves, mais à deux. Elle n’était pas prête…

Je n’y vois qu’un gouffre à enjamber, pour elle ce sont des abysses. Qu’importe, on traversera. Je ne suis pas de ceux qui se taillent, qui laissent tomber face au mur. Peut-être est-ce ce champignon qui fait grandir qu’elle m’a préparé pour mon anniversaire qui me fait être adulte ou bien cette envie grandissante de construire ma vie avec elle.

L’enfer est pavé de bonne intentions paraît-il, il en va de même dans les flammes de notre passion. Je lui donne tout ce que j’ai, car je vois en elle cette force, cette lumière, cet amour. On est ensemble dans cette galère, je ne la laisserai pas seule sur la plage. Je prends son bagage, on est une équipe, c’est aussi le mien. Je fais tout ce que je peux pour elle, malheureusement parfois je le fais mal, je lui fais du mal. Je la brusque, je la bouscule, on doit grandir si on veut pouvoir construire quelque chose tous les deux. Je ne m’étais jamais autant investi dans une relation, je n’avais jamais autant aimé quelqu’un. J’avance à l’aveugle, je tâtonne, je ne sais pas ce que je fais. Je n’étais pas prêt…

Une magnifique chanson d’amour au ton aussi beau que triste
Je l’ai découverte à la radio début 2021 et elle m’a fait repenser les larmes aux yeux à cette histoire passionnée que je vous ai partagé…
Elle avait tellement sa place dans cet article que je n’ai pu m’empêcher de vous la partager !

L’intensité de l’amour vient aussi du fait de s’investir dans l’autre, petit à petit l’autre devient tout. On rame dans ces épreuves, on se blesse tour à tour, on continue, on essaye de tout notre cœur. Alors que l’autre est une béquille, on lui associe parfois la chute. Pourtant ce n’est pas vraiment de notre faute, ces blessures sont d’hier, on ne fait que les cautériser pour pouvoir avancer. J’escalade ses montagnes pour l’atteindre et on joint nos corps encore une fois pour y trouver le courage. La passion est toujours là, un brasier ardent qui fait disparaître toute cette réalité d’un coup de baguette magique, mais les fêlures sont déjà profondes.


Notre relation devient une sorte de dédale sinueux qu’on construit carte après carte comme cette partie de saboteur. Mais on s’aime, on s’accroche, on avance pas à pas. J’amène même ma promise à l’hôtel de ville de Mulhouse ! C’est fermé, évidemment c’est la nuit, tout ça n’est encore qu’un jeu. On s’amuse, on s’embrasse sous le drapeau, les enfants sont toujours là.
Une relation c’est avant tout une coopération dans un jeu de confiance et d’équipe pour affronter la vie de couple qui est loin d’être un long fleuve tranquille. Tout ça est un pari et on ne veut surtout pas finir ce jeu collaboratif, car c’est un jeu qui se joue, pas un jeu qui se gagne : la seule fin possible est la défaite.


Décidément beaucoup de nouvelles chansons d’amour à la radio en 2020, de quoi compléter la playlist illustrant cet article !
Va falloir que je commence à faire des choix (pas ma spécialité), car il y a plus de chansons que de paragraphes ! ^_^
« We Belong Together »
La chanson qu’elle m’a envoyée quand elle a balayé ses doutes pour revenir dans mes bras et me dire qu’on était faits l’un pour l’autre.

Elle se perd en regardant un papillon passer. Tandis qu’il lui rappelle l’innocente liberté des débuts où tu ne côtoies l’autres que pour les bons moments, elle ne sait plus si elle m’aime. Comment peut-elle en douter ? Ce n’est plus comme avant certes, on affrontes tous les deux ces épreuves pour pouvoir bâtir ensemble notre vie d’adulte, mais ça se voit, ça se sent qu’on s’aime. On est faits l’un pour l’autre. Il y a une telle passion, un tel amour entre elle et moi, une telle attraction qui ne nous quitte jamais, nous c’est pour toujours. Je garde espoir. Je sais qu’en vrai, ce n’est pas moi mais tout ce sérieux qui nous ronge qu’elle fuit.
Pourquoi ses doutes me font si mal ? Comment peut-elle me laisser ainsi sur le carreau ?
Ce n’était que notre valet de trèfle mais, alors que ses hésitations à s’engager se dissipaient et qu’elle se rendait compte que j’étais l’homme de sa vie, je peinais à retirer cette pique de mon cœur. Je voulais tellement lui pardonner, qu’on reprenne comme avant, je l’espérais de toute mon âme, alors pourquoi était-ce si dur de faire table rase ?


Elle fait tapis et c’est parti pour le mélodrame…

La vie est tellement plus intense quand on la partage tous les deux mais c’est aussi un véritable yo-yo émotionnel. Malheureusement, on s’enlise dans cette partie de chasse aux sorcières, on redoute la condition de victoire cachée de l’autre et, n’arrivant pas toujours à être dans les mêmes lieux, difficile de s’atteindre. Qui doit s’excuser, prouver son amour, pourquoi ? À qui la faute ? Tandis qu’on cherche les loups on en oublie que tout ça est sans importance, les amoureux ne gagnent qu’ensemble. Et oui l’amour c’est une partie de cartes où chacun des joueurs, tour à tour, croit qu’il va perdre et fait tout ce qu’il peut pour garder l’autre, mais on corrige son jeu sans vraiment trop savoir comment s’y prendre. On a beau essayer de jouer cartes sur table, on n’y voit pas toujours le même jeu.



Lequel de nous dira « Je t’aime »
Tu pourras dire ce que tu veux
Sur tout ce qui nous éloigne
Tu sais très bien qu’à ce jeu
Jamais personne ne gagne
Cette histoire aucun de nous deux
Ne pourra l’effacer
Ce qu’il y a au fond de nos yeux
Ne s’oubliera jamais

Pourtant, comment ne pas croire encore en nous, dans ces heures suspendues blottie dans mes bras, dans ce relâchement épanoui tandis que je lui lave les cheveux sous la douche, dans ces moments de tendresse et de désir. On a toujours nos chansons, nos jeux, nos danses, nos coquineries. La folie des débuts et cette envie de rêver tous les deux sont toujours là. Alors on ajoute toujours plus d’extensions à notre partie, espérant que jamais ces lumières dans nos vies ne s’éteignent.


Je choisis le rôle de l’architecte et elle m’aide dans les travaux chez mon père, puis c’est au voleur de se réveiller le temps de réunir des boutures de tous les rosiers de Mont Saint-Aignan. Le jeu de plateau Donjons & Dragons revit une deuxième jeunesse en Finlande, nous le faisons découvrir à mon petit frère et ma petite sœur. Ça secoue dans les auto-tamponneuses à Rauma tandis que je me dis que je vais peut-être enfin pouvoir partager avec elle ce match de hockey, comme mes parents m’emmenaient en voir gamin. Autrefois en pagaille dans ses affaires, c’est au tour de mon appartement de se parer de petits mots. Ce ciel étoilé qui brille dans son regard quand nous sommes tous les deux est encore plus ardent que les feux d’artifice que Melinda tire pour ce nouvel an finlandais tous ensemble. Comment pourrais-je y renoncer ? On se balade, on se déguise, on joue des rôles, on va en médiévale et on refait des costumes comme à la grande époque. Tour à tour bouffon, chevalier, princesse puis reine, elle reste subjuguée devant cette collection de médailles et de monnaies au château de Turku. Moi, je suis entièrement sous son emprise. Au simple geste, au simple son de sa voix, je perds tout contrôle et lui appartiens corps et âme. Gardons-nous bien de devenir trop sérieux, c’est un jeu de séduction, d’émotions, de sensations, le sérieux ne nous réussit pas, tout ça n’est que pure folie et chaque fois que la réalité nous rattrape, tout dérape.


Dis-moi que notre amour ne s’arrête pas…
« Fallait pas tant donner moi je ne sais pas jouer… »
Je ne pouvais me détacher d’elle et souhaitais plus que tout qu’elle m’aime encore…

Ça devrait être facile, on s’aime comme des fous et on espère plus que tout cet amour. Pourquoi compliquons-nous tout ça ?
Elle sent peser sur ses épaules la pression du regard des autres, tout ça parce que tous les deux nous oublions d’être sages. C’est sûr que cette passion romantique n’est pas dans les normes de la vie conjugale. Mais on s’aime passionnément, il n’y a vraiment rien de mal là-dedans, on s’aime tellement, c’est pas au monde de nous dire comment. Le rêve est toujours là, à chaque retrouvaille, chaque petit moment ensemble, tous les deux dans notre bulle. Un tel amour, une telle passion, on se jette irrésistiblement l’un sur l’autre encore et encore. Les problèmes, la vie, le monde, on oublie tout pour quelques instants. Au final tous ces moments de doute ne sont que la rechute, lorsque nous sommes torturés par la solitude d’être loin de l’autre. Peut-être aurait-il simplement fallu rester ensemble, ne plus nous quitter d’une semelle afin que le rêve ne s’arrête jamais. On ne le fait pas, bah non bien sûr c’est pas sérieux, pourquoi avons-nous arrêté d’être des enfants ?


Au rythme de cette partie de Seven Wonders interminable, on prie tous les deux pour que tout ça ne finisse jamais mais la vie c’est un peu une partie de Dice Forge, tu fais tout ce que tu peux pour changer quelques faces, néanmoins c’est toujours avec le même espoir et la même appréhension que les dés en sont jetés. On se fait des films même si ce sont plutôt des nanars, tant pis pour mon Oscar de l’amant, tout ça n’était que l’écriture de notre comédie romantique. Malheureusement la réalité nous rattrape et le retournement final que nous attendions tant tous les deux restera l’apanage des fictions.

Pas assez de toi…
Comment ne pas penser à cette super chanson de Manu Chao et la Mano Negra, un de mes groupes de cœur depuis l’enfance.
J’ai eu la chance de danser toute la nuit sur leur chanson à leur concert d’anniversaire au Zénith avec Moino ! 😀

Tandis que la partie pour Conseil de Guerre commence, c’est la dernière pour mon grand-père et la dernière pour nous. Mon cœur supplie, encore un tour, une cabane, un étage de merveille, un dernier croisé de fer, mais je suis arrivé à cours d’atouts pour lui rendre ce sourire que j’aime tant.
Elle me dit que je ne suis plus rien pour elle, la douleur est insoutenable. Pourtant je sais que ce n’est pas vrai, ce n’est qu’un leurre pour fuir cette situation devenue beaucoup trop compliquée.

Mais ça me fait si mal…

J’ai tellement envie de revoir cet éclat dans ses yeux, ce regard amoureux, ses étincelles à nos contacts. Pourtant je reste abasourdi, le cœur agonisant dans ma poitrine. Incapable de relancer à ce Game Over, je tue ma dernière chance, pourtant tout ça a tellement d’importance…
Elle part… Je veux lui courir après mais mon corps ne bouge pas, en pleurs je reste figé par la détresse. Fin de cette jolie petite histoire ? Comment avons-nous pu en arriver là…


Nous étions formidables, je me sens si minable…

Ma meilleure amie me disait qu’être adulte c’est être capable de faire le choix de la raison au détriment de celui de la passion. Félicitation, nous voilà enfin adultes. Mais pourquoi cela fait-il si mal ? Pourquoi ce monde est-il si sérieux ?

Quand on ne s’était même pas encore dit « je t’aime », elle m’expliquait que ce qu’elle aimait dans les comédies romantiques, c’est justement que ça n’aurait jamais terminé ainsi. Dans ces films, malgré toutes les péripéties, cela se finit toujours bien. Les plans cul, les amours impossibles, ils finissent toujours par une belle histoire où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Je suis bien d’accord avec elle, je n’ai jamais aimé les histoires qui finissent mal.
Dans notre comédie romantique, tout ça ne serait que le climax. Ce moment juste avant la fin où tout est terminé, chacun fait sa vie bien sérieuse de son côté, jusqu’à ce que l’un des deux abandonne enfin toute raison et débarque devant l’autel avec un tonitruant « je m’y oppose ». Là les deux amoureux se jettent l’un sur l’autre et s’enfuient ensemble loin de ce monde de fou pour vivre leur vie d’enfants émerveillés. Mais nous ne sommes pas dans un film, cette phrase n’existe même pas dans les mariages, et dans la vie l’histoire ne se termine pas toujours par la fin qu’elle mérite, c’est bien dommage.


La vie, les relations, les jeux de société ont une fin. Rien ne sert d’être mauvais joueur, il faut accepter la fin de la partie même si ce n’est pas celle qu’on aurait souhaité. C’est d’ailleurs bien souvent dans sa conclusion qu’on se rend compte de toute la valeur de la partie. Trop vite, on reste sur sa faim, pourtant on le sait tous dès le départ, la fin fait partie des règles du jeu.
Et voilà, cette partie est terminée et tandis qu’elle range notre jeu au placard, je ne peux m’empêcher d’être encore là, comme un gamin, à lui demander timidement le regard plein d’espoir : une autre partie ?


Karen sautant dans la voiture de Hank pour s’enfuir avec lui.
(Californication – Saison 1 – Épisode 12)
7 photos de deux tirelires cochons dans divers lieux : dîner romantique de Saint-Valentin, match de hockey en Finlande, partie de jeu de rôles Dungeons & Dragons, à Paris devant la Tour Eiffel, ...
Dédé le cochon de capitaliste et Peggy la cochonne nous ont accompagnés partout pendant ces années d’aventure


« C’est le jour 1, celui qu’on retient
Celui qui s’efface quand tu me remplaces
Quand tu me retiens, c’est celui qui revient
»
Mon petit frère qui chante encore et encore cette chanson, toute la journée, tous les jours, juste après ton départ…
Comme une envie de le tuer !
Comme dirais Cabrel :
« tu viendras toujours marcher
dans mes rêves »
Adieu ma muse, mon amour

Voilà que se termine ce récit qui sera l’épilogue de mon Grand Amour,
le dernier hommage à une femme et à ses années de bonheur passées à ses côtés, la dernière occasion d’exprimer combien je l’aime.

Un article beaucoup plus long que prévu, difficile de résumer plusieurs années d’amour en 500 mots, et pourtant ça se résume facilement en trois : « Je t’aime. » ❤️


Je vous souhaite une bonne Saint-Valentin à tous et, si comme moi vous êtes un rêveur, j’espère que vous aussi votre vie basculera dans la folie d’une grande histoire d’amour ! 😀


N’hésitez pas à me faire des retours sur cette petite digression personnelle et me dire si vous avez eu le courage de lire cette petite histoire jusqu’au bout.

Dites-moi en commentaire si vous avez trouvé toutes les références cachées aux différents jeux que j’ai glissé au cours de cette prose.

Faites-moi également part de vos chansons d’amour préférées, on s’envoyait souvent nos ressentis du moment sous forme de chansons et je serais ravi de découvrir toutes les vôtres.

Bien sûr, que de l’amour et du respect en commentaire, la musique c’est comme la personne de sa vie, chacun a la sienne. 😉


Aimez-vous à la folie ❤️
et écrivez la vie sans une fin triste !



Tu trouveras…
Mes blessures et mes faiblesses
Celles que j’n’avoue qu’à demi-mot
Mes faux pas mes maladresses
Et de l’amour plus qu’il n’en faut
J’ai tellement peur que tu me laisses
Sache que si j’en fais toujours trop
C’est pour qu’un peu tu me restes
Je sais que tout s’efface et pourtant rien ne passe…
Tu m’aimes bien, je t’aime tout court
La différence s’appelle l’amour…

Manu Chao – Si Loin de Toi … Je te Joue

Si le sujet du grand amour et de la passion amoureuse vous intéresse,
voici quelques vidéos à découvrir :

Aimer, mais comment ?
par Ronja von Rönne, bloggeuse allemande
ARTE (2018)


« La société cherche la stabilité, l’amour implique la radicalité :
plus on prend de risque, plus on vit sa passion intensément et quand on s’abandonne à ses sentiments, on se heurte aux conventions et aux normes mais cette expérience nous permet de murir et d’apprendre à aimer. L’amour ne vaut que s’il est actif, c’est la capacité à témoigner de l’attention et du dévouement à l’autre sans attendre de contrepartie.
 »

Bref. On était des gamins.


Je l’ai regardé, tu l’as regardé. Bref, pas besoin de présenter Bref.

Pour terminer sur un peu d’humour
(et une technique secrète infaillible en prime ^_^) :


Envie de savoir si vous êtes amoureux ?

Et bien sûr le film Scott Pilgrim qui illustre les relations amoureuses par l’esthétique et les codes des jeux vidéos.
Cette adaptation réalisée par Edgar Wright est une des petites perles de la culture geek !


Image du film Scott Pilgrim avec Michael Cera en train de brandir une épée flamboyante pour affronter Gidéon, elle représente la force de l'amour que porte son personnage à Ramona, un effet de level up renforce alors le personnage désormais prêt à ce battre pour récupérer la femme qu'il aime
Scott Pilgrim brandissant le pouvoir de l’amour contre Gidéon pour récupérer la femme qu’il aime.

Florian
 
Découvrez Florian, de l'équipe du Projet CarTylion. Il est le créateur de notre projet transmédia, il gère à la fois la production et le travail de l'équipe.
Créateur du Projet CarTylion
 

31 réponses sur « L’Amour est dans le jeu »

    1. Woaw beaucoup d’émotions dans ce texte dans lequel je pense que beaucoup pourrait s’identifier !

      14 j'aime
      1. Merci pour ce gentil commentaire, ça me fait plaisir de savoir que j’ai bien réussi à transmettre les émotions que je voulais à travers mon article. 🙂

        6 j'aime
    2. Juste whaow !!! oO Je termine la lecture de ton article de blog dans un état de tempête émotionnelle… Heureusement que tu préviens un peu en introduction, sinon je pense que tes lecteurs ne serait pas prêt à une claque pareille !

      Je sais pas si ça ne fait ça qu’à moi mais à la lecture de ton histoire d’amour j’ai vraiment eu l’impression que ce que moi j’ai vécu est ridiculement plat et banal à côté… xD
      Il y a tellement d’intensité dans ton texte, ça me prend au cœur en lisant ! Votre relation amoureuse a vraiment l’air d’avoir été exceptionnelle mais je ne sais pas à quel point c’est véritablement le cas ou si t’es surtout un excellent raconteur d’histoires…
      En tout cas je sens à quel point il y a beaucoup d’amour dans cette déclaration passionnée, même si je ne comprends pas tout : certaines anecdotes citées ne devant parler qu’à tes proches, je suppose.

      J’aime bien l’idée d’ajouter des chansons pour illustrer tes propos. C’est un beau répertoire sur le registre de l’amour que tu nous proposes là et j’aime beaucoup ta sélection ! 😉

      Merci d’avoir partagé une si belle histoire, j’ai vraiment passé un bon moment à la découvrir. Je te souhaite de vivre encore d’aussi belles aventures, que cette fois se soit la bonne et bien sûr de revenir la raconter ! 😉
      Bonne continuation avec ton blog, tu as vraiment du talent !

      15 j'aime
      1. Merci beaucoup pour ce commentaire et tes encouragements qui me font vraiment plaisir ! 😀

        Cette personne, tout comme la relation que j’avais avec elle, était sans aucun doute exceptionnelle et vraiment importante pour moi alors je suis très content que tu me dises que j’ai bien réussi à le transmettre à travers cet article de blog. Ce texte est en quelque sorte la retranscription de ce que je garderai dans mon cœur de cette histoire d’amour, c’est évidemment très subjectif (elle ne l’a peut-être d’ailleurs pas vécue de la même manière, en soit ce n’est ici que mon point de vue sur notre amour) et écrit avec un peu de recul.

        J’ai joué avec les mots, les jeux et les souvenirs dans le but de construire ce récit et les anecdotes sont volontairement imagées et peu précises afin d’éviter d’identifier clairement la personne et de déballer trop notre vie. Mon idée était de rester dans une histoire d’amour écrite de manière métaphorique et poétique bien qu’inspirée de mon véritable grand amour. C’est aussi dans ce but que j’ai préféré illustrer cet article de blog en musique plutôt qu’en photo et illustration et je suis satisfait que ce choix plaise.

        Encore un grand merci pour ce commentaire très développé, je n’hésiterai pas à faire d’autres articles de ce genre. 😉

        7 j'aime
    3. Salut j’ai créer un compte exprès pour réagir car tout simplement j’adore ton article
      c’est vraiment un superbe témoignage d’amour qui m’a fait autant envie que pleurer
      j’espère que t’auras une suite géniale à raconter
      Bisous

      17 j'aime
      1. Content que ça t’ait plu et merci d’avoir pris la peine de laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir d’avoir des retours sur les articles que nous écrivons ! 😉

        10 j'aime
    4. Le concept de mélanger amour et jeux est intéressant, les références sont bien choisies
      Tu donnes beaucoup de détails, ce qui donne un côté roman romantique, on s’attache, on ressent et on souffre avec toi.
      J’ai pleuré au début, quand c’est la fin de l’enfance et à la fin😭

      18 j'aime
      1. Merci pour ce gentil retour. Je t’avoue qu’il m’a été difficile de ne pas avoir les larmes aux yeux en l’écrivant et en le relisant. Je suis partagé entre le fait d’être embêté de t’avoir fait pleurer et la satisfaction d’avoir aussi bien réussi à partager mes émotions par ce texte. ^_^

        14 j'aime
    5. Un article de blog long mais intéressant et qui nous pousse à continuer pour en connaître le résultat… évidemment pas le résultat qu’on souhaiterait au vu du début et d’une bonne partie de l’histoire… mais c’est là où la phrase d’entrée prend tout son sens !
      L’article est clairement maitrisé et il s’attaque avec brio à un sujet aussi gros que l’Amour (avec un grand A !). Le texte m’a vraiment beaucoup parlé du début à la fin, j’ai vraiment partagé tes sentiments, les émotions sont présentes, tout ça tout ça !!!
      Et bien sûr c’est sans compter sur toutes les références au jeu, les clins d’œil et liens à gauche et droite qui sont intéressants et bien intégrés, bien joué ! D’ailleurs les liens musicaux sur les côtés permettent de donner une ambiance à la lecture, j’ai tout écouté et franchement ça rend super bien !!
      Perso je trouve que c’est un article vraiment intéressant, et incroyablement bien écrit ! Bravo pour l’article vraiment, même si j’avoue qu’on ne peut qu’être triste pour toi à la lecture de cette si belle histoire… j’espère que tu pourras nous écrire un jour un aussi bel article de blog mais bien rose, bien doux et avec la jolie fin que mérite tant d’amour !!! <3

      20 j'aime
      1. Un grand merci pour ton commentaire qui me fait vraiment plaisir ! 😀
        Je me suis littéralement lancé dans un jeu lexical en écrivant cet article de blog, le tout en essayant que ce soit en bon équilibre avec l’histoire d’amour racontée. De plus le choix des musiques et des jeux référencés ne sont, pour la plupart, pas anodins et sont liés à de précieux souvenirs qui me tiennent à cœur. Cela a été un défi d’écriture intéressant pour moi et je suis ravi que tout cela se remarque et plaise autant.
        Encore merci, c’est vraiment cool d’avoir un retour aussi détaillé, de savoir qu’il transmet autant d’émotions et que les musiques, les références et clins d’œil sont appréciés. D’ailleurs pour la musique, c’est quelque chose qui me semble intéressant de proposer un fond sonore quand je le peux !
        Il ne faut pas être triste pour moi, même si elles ne sont pas parfaites, je pense que j’ai déjà la chance d’avoir d’aussi belles histoires à partager ! 😉
        Et qui sait, j’écrirai peut-être un jour un article fleur bleue tout rose et sans épines…

        15 j'aime
    6. Tout ce que j’ai à dire c’est Wouah… Pour dire vrais je vie actuellement un peu la même chose, relation à distance et folle amoureuse, je me suis complètement retrouvé dedans me donnant même une petite larme à la fin. C’est vraiment très beau et si bien raconté ! L’amour c’est toujours compliqué on dirai ^^’
      En tout cas on sent bien le côté très sentimental de l’auteur et voir quelqu’un d’autant amoureux c’est si beau !
      Mot pour la fin, j’ai juste beaucoup aimé ressentant chaque émotion ^^

      19 j'aime
      1. Merci pour ton commentaire, ça me fait vraiment plaisir que tu aies autant aimé cet article. 🙂

        Oui c’est sûr que les relations ce n’est pas toujours facile et qui plus est quand la distance s’en mêle.
        Je te souhaite une belle aventure dans cette relation ! 😉

        11 j'aime
    7. C’est bien écrit et cette histoire d’amour est vraiment belle. 🙂
      Il y a tant d’amour, de passion et d’admiration pour elle dans ce texte, on en ressent toute la sincérité, c’est vraiment très beau !! 😀
      Bref, une déclaration d’amour aussi magnifique ça fait vraiment rêver, elle en a de la chance !
      Tu lui as fait lire ? 🙂

      20 j'aime
      1. Merci, j’étais pas pleinement à l’aise avec le fait de parler de grand amour et d’histoire si personnelle sur notre blog et ça me fait vraiment plaisir que cet article plaise ! 😀

        Non je ne lui ai pas fait lire et je ne pense pas qu’elle l’ait lu.
        En fait je ne souhaite pas qu’elle le lise car je n’ai aucune idée de comment elle réagirait, j’ai trop peur que ça la fasse souffrir et je n’ai surtout pas envie de la faire souffrir d’avantage…

        17 j'aime
      2. En effet, difficile de savoir comment elle réagirait en lisant cette déclaration d’amour et, si ça se trouve, elle non plus n’ai pas en mesure de le savoir sans le lire.
        Après je pense qu’elle ne se retrouverait bouleversée par ton texte que si elle a encore des sentiments pour toi, et du coup si vous avez encore tous les deux des sentiments l’un pour l’autre, vous feriez mieux d’en discuter. 😉
        Surtout que je sens aucune rancœur ni aucune agressivité dans ce que tu exprimes et dans tes sentiments pour elle, donc si elle aussi a pu prendre du recul et s’apaiser vis-à-vis de toi vous n’aurez aucun mal à discuter à nouveau ensemble.

        16 j'aime
      3. Oui c’est sûr qu’en général c’est une bonne chose de discuter avec la personne.
        Après la question est déjà de savoir si elle est apaisée ou non, et ça j’en ai aucune idée ! ><'

        11 j'aime
    8. J’ai lu attentivement, j’ai trouvé ça vraiment émouvant et très beau, la façon dont l’histoire est raconté, on dirait un vrai roman !
      Toutes les références dans cet articles sont super bien placé.
      Vous devriez faire ce genre d’articles plus souvent, ça rajoute une véritable touche d’émotion dans votre blog!
      J’aime beaucoup 🙂

      19 j'aime
      1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
        J’essaierai de refaire de temps en temps des articles un peu plus personnels alors si ça vous plait. 😉

        17 j'aime
    9. Vu tout ce qu’il se raconte sur toi au Trollball ta vie c’est un peu Californication ! Mdr
      Tu dois pas mal t’identifier au personnage de Hank, d’où le choix de la réf ?
      Je pense que je vois qui c’est ta Karen, en effet vous sembliez bien faire la paire, peut-être que t’arriveras toi aussi à la faire revenir

      19 j'aime
      1. À choisir un auteur, je pense qu’elle aurait préféré Richard Castle… ^_^
        Tu sais, il ne faut pas croire ce genre d’histoires, tout ça n’est que pure fabulation !

        19 j'aime
      2. «fabulations» dixit le chef d’équipe pour qui a été spécialement créé le haut-fait du Pentakiss… mdr

        12 j'aime
      3. En tant que chef spirituel de l’équipe, je me dois de satisfaire toutes les Enfants de Skippy ! ;P

        10 j'aime
    10. Comme toujours, j’aime ta plume et le cœur qui la fait vibrer si joliment.
      Merci de partager tout ça, c’est très beau!

      19 j'aime
      1. Merci pour ce beau commentaire ! 🙂
        Déjà 12 ans que t’as commencé à lire mes premiers écrits, je suis ravi que tu sois encore là pour me lire ! 😀

        16 j'aime
    11. Bonjour, j’espère qu’il y aura une suite, je suis persuadée que vous allez vous retrouver un jour et que tout va redémarrer comme au premier jour … Courage!!! 😀

      22 j'aime
      1. Merci pour ce gentil commentaire 🙂

        10 j'aime
    12. J’ai tout lu. C’est hyper beau, j’en avais les larmes aux yeux. C’est vraiment triste que vous vous soyez faits du mal et que ça se termine comme ça. Un amour pareil, ça ne devrait pas finir ! Au final vous vous êtes peut-être juste rencontrés trop tôt, non ?

      22 j'aime
      1. Ma meilleure amie avait aussi dit quelque chose du genre « vous vous êtes rencontrés trop tôt » une fois, je ne pense pas que ce soit vraiment le cas. On n’était pas prêts à vivre tout ça, c’est sûr. Les choses se passeraient bien mieux si on se rencontrait aujourd’hui, c’est assez certain. Mais si je prends l’exemple de mon côté, je pense que c’est parce que j’ai vécu tout ça et que j’ai pu prendre du recul que j’aurais maintenant la maturité que ça se passe autrement, et du coup sans l’avoir connue, cette évolution ne serait pas forcément arrivée. Et je pense qu’il en est de même de son côté, mais bon pour ça elle sait sûrement mieux que moi ce qu’il en est.
        Après c’est sûr que c’est vraiment dommage d’avoir mis autant de temps à vraiment lui pardonner alors que je le voulais vraiment et de l’avoir fait tant souffrir alors que je lui souhaite vraiment d’être heureuse, je m’en veux et j’espère qu’elle pourra me le pardonner un jour.

        21 j'aime
      2. Je comprends, c’est sûr que c’est dommage mais c’est souvent comme ça dans la vie, on grandit en faisant des erreurs.
        Tes sentiments pour elle et à quel point tu l’estimes se sentent vraiment dans ce que tu dis et il ne fait aucun doute que tu as pris du recule et en parle de manière apaisée.
        Je ne pense pas que cette situation soit forcément définitive, je pense qu’elle a juste besoin d’un peu de temps pour être elle aussi pleinement apaisée par rapport à toute votre histoire ou, si elle l’est déjà, c’est peut-être juste qu’elle ne s’est pas encore rendu compte que désormais tu étais prêt, ce n’est sûrement qu’une question de temps…

        18 j'aime
      3. J’en sais rien, je me sens un peu perdu par rapport à tout ça faute de pouvoir discuter avec elle et de pouvoir mieux comprendre son point de vue.
        C’est sûr que pour moi il y a vraiment quelque chose de spécial entre nous, mais je ne suis pas sûr que pour elle notre relation ne soit pas simplement une relation comme une autre.

        15 j'aime
      4. Si elle s’était rendu compte que tu étais l’homme de sa vie et qu’elle était revenue vers toi après être partie avec un autre homme, il ne fait aucun doute que pour elle aussi il y a vraiment quelque chose de spécial.
        Elle a été échaudée mais je pense que vous vous retrouverez. 😉

        17 j'aime

Laisser un commentaire

Cette section n'est pas encore disponible.

Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Pour rester informé-e des évolutions du site, laissez-nous votre email.

À bientôt !