Projet Cartylion
Partageons notre passion Communauté
Catégorie :
Date : 23 juillet 2020

Valégisme et sikhisme

Le Valégisme a subi l’hégémonie du puissant Yadisme, et apparaît à présent comme une religion presque éteinte. En Vivaldie, le Valégisme a acquis quasiment le statut de religion étrangère, et la dernière divinité de ce panthéon représentée est celle qui s’est imposer comme symbole de la puissante Inquisition. Contrairement au crucisme et au yadisme, qui sont deux religions qui tentent de régler la vie des hommes et leurs interactions vis-à-vis de la société et du pouvoir, le valégisme s’articule autour de valeurs particulières, que seul un petit groupe de personnes est capable de suivre.


Les grandes valeurs du valégisme sont à chercher auprès de ses dieux tutélaires. Ainsi, l’un de ses dieux principaux, Azor, incarne la ténacité et la force lié à la volonté, qui sont deux valeurs que tout valégiste se doit de suivre scrupuleusement. Si le valégiste incarne ses valeurs au-delà de toutes espérances, alors il sera considéré comme un grand héros.


Les grandes valeurs du valégisme en font une religion extrêmement élitisite, car tous n’ont pas accès à ces vertus. De même il en résulte un fanatisme qui n’existe pas dans les autres religions. Les valégistes sont donc peu nombreux mais extrêmement dévoués, ce qui explique la position quasi hégémonique de l’Inquisition, organisation politico-militaire qui prend petit à petit le contrôle de la Vivaldie et derniers restes issus de cette religion disparue.



Pour aller plus loin :

  • Lambert Yves, La Naissance des religions, éditions Armand Colin, 2009.
  • Matringe Denis, Les sikhs, histoire et traditions des « lions du Panjab », Albin Michel, 2008.
  • Une base de ressource de citations liés au livre saint des sikhs : http://www.srigranth.org/servlet/gurbani.gurbani

Les religions basées sur des concepts guerriers sont très nombreuses, en particulier dans le paganisme germanique et scandinave. Cependant, le valégisme est également vu comme une entreprise politique, ce qui n’est pas le cas des religions anciennes. Pour trouver une religion combinant vertus guerrières et entreprise politique, il faut nous rendre en Inde à l’époque moderne lors de la grande révolte sikhe contre l’empire Moghol.


Le sikhisme puise ses racines dans le triomphe de l’islam en Inde du nord. Il est créé au XVème siècle par le gurû Nanak. Après un cycle de dix gurû, qui s’achève avec le gurû Gobind Singh (1666-1708), les sikhs reconnaissent leur livre saint, le Guru Grant Sahib, comme leur gurû éternel et immuable. Le sikhisme se base donc sur des écritures saintes.


Durant le XVIIIème siècle, l’autorité moghole s’effondre. Nous sommes alors très loin de la période dite des « grands moghols » et des politiques de tolérance menées par l’empereur Akbar (1542-1605). Face à la désagrégation du pouvoir moghol et à l’arrivée d’envahisseurs afghans, les sikhs connaissent une longue période de persécutions qui aboutira, néanmoins, à la création d’un empire sikh sous la direction du Maharaja Ranjit Singh (1780-1839), qui sera annexé par les Anglais en 1849.


Le sikhisme se reconnaît en un seul dieu unique, éternel et immuable, qui n’est ni hindou, ni musulman, ni chrétien. Il reconnait la validité des écrits saints de ces religions, et considère qu’ils sont également un moyen d’atteindre Dieu. Les valeurs du sikhisme sont donc tournées vers cette volonté d’atteindre Dieu via le livre saint issu de l’enseignement des gurû. En ce sens, la signification du mot « sikh » est très révélateur : il veut dire « disciple ». Ainsi, par exemple, le sikhisme demande un courage et une ténacité « authentique » de la part de ses disciples. De même, le sikhisme implique de n’avoir aucun comportement jugé « bas », comme le mépris envers les classes basses.

Les sikhs, dans l’histoire de l’Inde britannique jusqu’à aujourd’hui, alors que l’Inde se hisse au rang de puissance mondiale, gardent une forte appétence pour la chose militaire, ce qui fut très visible dans leur implication durant les deux conflits mondiaux. Pour le valégisme, nous nous sommes donc clairement inspirés de ce système de valeurs liés à la force, au courage, à la ténacité, et, plus largement, à la chose militaire.

Yoann
 
Découvrez Yoann, de l'équipe du Projet CarTylion. Il est historien et travaille à la création de l'univers d'ambiance médiévale fantastique de 3ème Aube.
 
Découvrez Pierre-Yves du Projet CarTylion. Spécialisé en géopolitique, il travaille à la création de l'univers d'ambiance médiévale fantastique de 3ème Aube.
Société
 

Laisser un commentaire

Cette section n'est pas encore disponible.

Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Pour rester informé-e des évolutions du site, laissez-nous votre email.

À bientôt !