Projet Cartylion
Partageons notre passion Communauté
Catégorie :
Évènements
Date : 29 janvier 2019

La Global Game Jam à Paris

Le weekend du 25 au 27 janvier j’ai participé à la GGJ, c’était ma troisième participation.
Le principe est que nous avons 48 heures pour faire un petit jeu vidéo sur un sujet, c’est donc un thème imposé.

Cette année le thème était “Qu’est-ce qu’une maison veut dire pour vous ?/What does a home mean to you ?

Nous étions environ 200 personnes à l’école ISART Digital à Paris durant cet événement.

La jam commence le vendredi avec la présentation du thème, puis chaque participant peut, s’il le souhaite, présenter un concept de jeu en rapport avec le thème. Ensuite les équipes se font autour de pizzas, chacun va alors tenter de trouver un groupe et un jeu qui lui conviennent.

La chance c’est que moi je suis sound designer et que nous sommes peu nombreux à participer à cette jam, nous avons donc le choix dans les groupes. Par contre, le revers de la médaille c’est que comme nous sommes peu nombreux, nous devons la plupart du temps faire plusieurs jeux. Pour ma part, cette année j’ai travaillé sur deux jeux.

Une fois que les groupes sont constitués le travail commence. Le vendredi soir nous retravaillons  le concept tous ensemble en essayant de trouver des idées de gameplay, de contenu, la direction artistique. Puis les différents corps de métier, à savoir artiste, développeur-programmeur, game designer et sound designer, produisent les assets, lignes de codes et documents nécessaires au jeu.

C’est toujours l’occasion de retrouver des personnes qui viennent chaque année, de faire des nouvelles connaissances, d’élargir son réseau autour d’un exercice commun à savoir faire un jeu vidéo dans un temps très court. Nous avons la chance aussi d’avoir des professionnels du métier qui viennent participer à la jam. C’était le cas cette année avec deux développeur de chez Unity, des personnes de chez Ubisoft, Sony et Amplitude studios , à cela s’ajoute  évidemment les étudiants de l’école ISART, des anciens étudiants et des gens extérieurs. C’est une façon de faire du recrutement sans en avoir l’air, mais aussi d’échanger sur l’évolution du marché, bref, un évènement de networking typique et inratable dans le monde du jeu vidéo.

Il n’y a pas de concours, il n’y a pas de vainqueur, il n’y a pas de perdant, tous les jeux sont présentés de manière égale à la fin du week-end. Le but ici est de se surpasser pour réaliser un jeu dont nous sommes fiers dans un temps limité. Cela nous permet d’en apprendre un peu plus sur nos capacités de travail dans l’urgence, dans sa gestion du stress, de la fatigue et notre capacité à travailler en équipe même quand les choses vont mal.

Cette année, une vingtaine de jeux ont été créés, ils sont tous disponibles sur le site de la Global Game Jam en téléchargement gratuit. Cet événement est un événement mondial et nous étions au total presque 50 000 personnes à participer cette année.

Plus personnellement c’est toujours un événement pour moi que de participer à cette jam, un immense plaisir que de retrouver les personnes que j’ai vues l’année précédente, de retrouver mes anciens camarades de classe, les nouveaux étudiants en musique et sound design.

Malheureusement beaucoup de personnes, jeunes surtout, qui se lancent dans le milieu du jeu vidéo pensent que c’est normal que de travailler dans l’urgence, dans le stress sur une production. Cela n’est évidemment pas normal et c’est une situation particulière que d’avoir à créer un jeu en si peu de temps. Normalement sur un gros jeu triple A, la production prend quelques années voir presque 10 ans pour certains jeux, sur un jeu indépendant à plus petit budget les productions peuvent quand même s’étaler sur 1 ou 2 ans et il n’est pas normal de demander à des employés ou à des stagiaires ou à des freelance de travailler très rapidement en ne respectant pas le code du travail sur l’amplitude horaire de travail légale en France et/ou en les sous payant. Il faut donc être vigilant quand nous sommes des jeunes voulant travailler dans le jeu vidéo de ne pas avoir en tête l’idée que le monde du jeu vidéo est une grande jam. Certes travailler dans un métier passion est quelque chose de grisant, d’agréable et nous sommes prêts à faire beaucoup d’efforts et de concessions pour avoir un poste, mais il faut bien garder à l’esprit que c’est un travail qui se doit d’être respecté comme tel.

Le monde du jeu vidéo en France est un monde assez jeune avec beaucoup de petits studios et où beaucoup de personnes se connaissent et donc participer à une jam, augmenter son réseau, rencontrer des gens est toujours très bénéfique.

Selon moi, la jam doit être uniquement un lieu où ponctuellement on s’impose de travailler dans l’urgence avec un rythme effréné, c’est un moment qui ne nous est pas imposé, un moment qu’on choisit de  faire dans la joie, la bonne humeur et la convivialité, sans esprit de compétition, où domine surtout, et c’est le plus important, l’esprit d’entraide.

En conclusion pour moi la jam est quelque chose qui est quasi obligatoire de faire en tant que débutant dans le jeu vidéo, si on veut connaître des gens, construire son réseau professionnel, compléter son book avec des petits jeux faits en 48 heures – qui pour certains sont quand même de bons jeux, agréables, avec un beau visuel, avec de beaux sons. Cela nous permet de rencontrer des gens passionnés comme nous et qui sait, peut-être par la suite continuer à développer le jeu sur lequel on a travaillé en jam pour le sortir officiellement dans le commerce.

Pour en savoir plus sur la Global Game Jam : https://globalgamejam.org/

Découvrez Alexandre, de l'équipe du Projet CarTylion. Il est compositeur et sound designer, il intervient principalement dans la création des jeux vidéo.
Audiovisuel
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette section n'est pas encore disponible.

Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Pour rester informé-e des évolutions du site, laissez-nous votre email.

À bientôt !