Projet Cartylion
Partageons notre passion Communauté
Catégorie :
Icône Expertise Blog Projet CarTylionExpertise
Date : 11 mars 2020

Introduction à l’esport

Premiers pas

19 octobre 1972. Un groupe d’étudiants se prépare au combat. Bientôt, ils seront à bord de puissants vaisseaux spatiaux sillonnant le cosmos et s’affronteront dans une terrible bataille afin de faire tomber l’ennemi et prendre contrôle de son territoire.

Non, ce n’est pas une table de jeu de rôle ni un trip psychédélique pas si peace and love que ça, mais le tout premier tournoi de jeu vidéo.

  • Le jeu : Spacewar !
  • Le lieu : l’Université de Stanford (Californie).
  • Le prix : un an d’abonnement au magazine Rolling Stones.



Aujourd’hui, les tournois se déroulent dans des arènes grandioses, les prix s’élèvent souvent à des milliers de dollars (si ce n’est beaucoup plus) et les jeux peuvent aller des tireurs à la première personne (FPS) aux arènes de combat en ligne multijoueurs (MOBA), et il ne s’agit là que des genres les plus représentés.

La finale des League of Legends Worlds à l’AccorHotels Arena de Paris
La finale des League of Legends Worlds à l’AccorHotels Arena de Paris.

Une telle ampleur peut s’avérer déroutante aux yeux du néophyte, certes, mais à y regarder de plus près, l’esport (autrement dit, « sport électronique ») marche dans les pas des sports traditionnels et s’inspire de leur fonctionnement. A l’instar du football, l’esport a ses joueurs et ses commentateurs stars. Ses drames et ses moments de joie. On y retrouve des coachs, des sponsors, des journalistes, des agents, des nutritionnistes, des analystes, des community manager, des arbitres…


Sauf que la compétition se déroule sur des écrans et qu’au lieu de l’effort physique brut, ce seront plutôt la dextérité, la stratégie, les réflexes, l’esprit d’équipe (selon les jeux) et les facultés d’adaptation qui seront mis à l’honneur. Ce à quoi on pourrait répondre que c’est également le cas des sports traditionnels. En effet. Tout à fait. Ils ne foulent pas les mêmes terrains mais tous sont des athlètes à part entière.

Mais revenons-en aux années 70/80
Il aura tout de même fallu plusieurs années après le tout premier tournoi de Spacewar! pour que la notion de compétition de jeux vidéo se répande et fasse son chemin.

En 1980, Atari organise le championnat Space Invaders à travers les États-Unis, dont le point d’orgue, la finale ayant lieu à New York, finit par attirer plus de 10 000 personnes. Et c’est ici (plus qu’aux premiers balbutiements près d’une décennie plus tôt) que naît réellement l’esport (bien que le nom lui, n’apparaisse que plusieurs années plus tard).

Dès 1982, certains tournois de jeux vidéo sur Arcade apparaîtront même à la télévision américaine, grâce à une émission du nom de Starcade. Sur 133 épisodes, l’émission fera s’affronter certaines des toutes premières vedettes et prodiges de la discipline.

Et puis, à la fin de la décennie, quelque chose qui allait changer la face de l’industrie, et du monde entier, fit son apparition.

Internet

Sans surprise, le monde du jeu vidéo a été parmi les premiers impactés par l’apparition de cette nouvelle technologie. Soudain, le monde entier ou presque se retrouvait connecté et les gamers se sont bien vite rendus compte des nouvelles opportunités qui s’offraient à eux.

Le premier jeu multijoueur en ligne à rencontrer un réel succès vit le jour en 1988. Netrek, dont le cadre avait pour lieu la série Star Trek, pouvait faire s’affronter jusqu’à seize joueurs sur un même serveur, sans qu’il soit nécessaire de les réunir dans une même salle, et une toute nouvelle façon d’envisager le jeu vidéo a commencé à émerger.

Les grandes industries du secteur ont elles aussi bien vite vu le potentiel d’un tel marché, Nintendo menant la charge. Au fil des années 90, le titan japonais organisa par exemple les Nintendo World Championships à travers les Etats-Unis, mettant à l’honneur son catalogue (Tetris, Super Mario Bros, Red Racer…) et ses propres consoles, bien entendu.

Des joueurs de Counter Strike face à leur public.
Des joueurs de Counter Strike face à leur public.

Et, alors que les années 90 allaient sur leur fin, qu’un nouveau millénaire apparaissait à l’horizon et qu’internet se démocratisait de plus en plus, sont apparues certaines licences que beaucoup reconnaîtront, au moins de nom : Warcraft, Counter-Strike, Quake, Doom, Starcraft, …

Il s’agit en effet là des piliers sur lesquels l’esport moderne s’est construit. Certaines de ces licences se sont dissipées avec le temps, mais la plupart sont encore actives aujourd’hui et comptent encore et toujours parmi les références et les plus grands noms de l’industrie.

Le mastodonte en devenir

Désormais, alors que s’achèvent les années 2010, certains des plus grands tournois peuvent attirer plusieurs centaines de milliers de spectateurs, voire parfois des millions. Bien sûr, nous sommes encore loin des centaines de millions du Superbowl ou des milliards de la coupe du monde de foot, mais l’esport dispose d’une audience dévouée et vocale, consciente des opportunités à venir et du potentiel vertigineux de la discipline.

Aujourd’hui, pour tous les grands noms de l’industrie du jeu vidéo (Blizzard Activision, Valve Corporation et Riot Games en tête), l’esport est un facteur majeur dans le développement d’un jeu. Beaucoup sont conçus pour la compétition dès les premières phases de leur développement. Ils injectent des millions de dollars dans la scène et ça rapporte gros.

Il est désormais monnaie courante de voir des sponsors tels que Coca-Cola, Disney, Red Bull, Intel, Nike, Toyota, T-Mobile et tant d’autres encore investir dans l’esport. De grandes sociétés internationales (de l’Amérique du Nord à la Chine) telles que Comcast, Verizon, NRG Energy, le groupe Kraft, Lionsgate, Aquilini Investment ou NetEase ont également commencé à financer des organisations et des équipes d’esport, conscientes du potentiel lucratif d’un tel milieu, encore en plein essor.

Les San Francisco Shock, vainqueurs de l’Overwatch League 2019, trophée en main.
Les San Francisco Shock, vainqueurs de l’Overwatch League 2019, trophée en main.


Et, au fond, c’est tout à fait compréhensible. L’adrénaline et la ferveur qui vibrent à travers une arène lorsque l’action épique d’un joueur apparait sur les écrans massifs, commentée par des commentateurs professionnels et bien connus du public, s’apparente à l’éruption d’acclamations et de rugissements que l’on peut entendre dans un stade lorsqu’un joueur vedette marque un but.

Somme toute, il y a fort à parier qu’on entende de plus en plus parler de compétitions de jeux vidéo dans les années à venir et, pourquoi pas, que l’on assiste à l’apparition de Jeux Olympiques Esports.

Pour vous donner un aperçu de l’ambiance pouvant régner dans une arène, je vous invite à regarder cette vidéo (interviews en anglais au début, mais commentaires en français par la suite) :

Aman
 
Édition
 

1 réponse sur « Introduction à l’esport »

    1. Great looking web site. Assume you did a bunch of your very own html coding.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette section n'est pas encore disponible.

Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Pour rester informé-e des évolutions du site, laissez-nous votre email.

À bientôt !